Cette nouvelle est uniquement le fruit de mon imagination !… Je l’ai simplement située à un lieu-dit de Rousson, par affection …

Sur le banc de la Placette, quand la clémence du temps le permettait, elles se retrouvaient le soir après le dîner pour papoter : quatre femmes du Saut-du-Loup, liées par quarante ans d’amitié.

banc-3Qui mariée, qui veuve, qui avec ou sans enfants, chacune avait son vécu et faisait part de ses réflexions à travers lesquelles se dessinait sa personnalité.

Sur le banc de la Placette, elles avaient gravé leur prénom, et par jeu, se plaisaient à intervertir leur place, à se glisser dans la peau de l’autre, à s’imprégner de ses ondes.

banc-2Proches et étrangères, profondes et changeantes, elles étaient comme les axes écartelés de la girouette dont le coq, crédule vainqueur, redressait la crête selon la mouvance de cette quadruple féminité.

Sur le banc de la Placette, elles ont ri, pleuré, se sont chahutées, se sont aidées, à l'écoute chacune des autres.

banc-4vieillesLes années ont passé. Certains vides se sont faits. Mais il reste toujours les noms gravés...